Thématiques - Actualités - Santé

En France, l’épilepsie touche plus de 600 000 personnes. A l’occasion d’un premier sommet national organisée samedi à Paris, les associations demanderont une meilleure prise en charge de cette maladie encore mal connue. L’épilepsie est le trouble neurologique le plus fréquent après la migraine. Pour mieux comprendre cette maladie qui touche le cerveau, il faut savoir qu’il n’existe pas une, mais plusieurs formes d’épilepsie. La crise d’épilepsie peut être plus ou moins spectaculaire avec des conséquences potentiellement graves. L’image classique est la crise convulsive. Elle peut se produire n’importe quand. Si l’on en est témoin, le premier geste à réaliser est de coucher la personne en position latérale de sécurité et l'empêcher de se blesser. La crise finit généralement par passer. De façon moins spectaculaire, l’épilepsie se manifeste parfois par des sensations comme des hallucinations visuelles ou auditives brèves. Chez l’enfant, l'épilepsie avec absences est très fréquente. Le patient a ce qu'on appelle une rupture de contact. Il va arrêter son activité et cela peut se produire jusqu'à 30 ou 40 fois par jour. Malgré des progrès considérables dans les traitements au cours de ces dernières années, environ un malade sur cinq en France souffre d'une forme non stabilisée. Selon l'association Épilepsie-France, la maladie fait peur. Les personnes atteintes se sentent encore stigmatisées. L’association réclame de changer le regard sur cette maladie neurologique chronique et non contagieuse. Le Sommet national qui doit se réunir à la fin de la semaine à Paris en présence de spécialistes et d’associations doit permettre de débattre sur une meilleure prise en compte des besoins spécifiques des malades.

12-02-2018 10:33:57 - Docavenue