Thématiques - Nouvelles Technologies

On connaissait les bracelets qui comptent le nombre de calories, ceux qui mesurent votre rythme cardiaque et ceux qui permettent d’éviter les coups de soleil, voici à présent un bracelet connecté annonçant sa capacité à diagnostiquer la dépression.

Cette invention, on l’a doit à la société MyndBlue, une start-up française fondée par Denis Fompeyrine, docteur en psychologie clinique et Pierre Bassaler-Merpillat, ingénieur diplômé de l’Ensta-ParisTech et spécialiste des Télécoms.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, 350 millions de personnes ont des problèmes de santé mentale. En France entre 20 et 30% de la population en souffrent et le coût est estimé à 1 milliard d’euros. « Le diagnostic de la dépression est très difficile à établir. En moyenne les premiers soins sont apportés cinq ans après les premiers symptômes de vulnérabilité psychique» indique Denis Fompeyrine.

Grâce à ses capteurs, le bracelet va enregistrer les données du patient liées à sa physiologie (rythme cardiaque, tension artérielle, température du corps, etc.), l’équilibre au réveil ou encore les moments d’anxiété la nuit. « Nous utilisons l’intelligence artificielle et plus particulièrement l’apprentissage automatique pour analyser et identifier les marqueurs indiquant potentiellement des symptômes de la dépression »

Grâce à un algorithme développé par les deux entrepreneurs, les données vont pouvoir être triées puis interprétées. Les médecins pourront ainsi récupérer les données sur leur ordinateur ou leur smartphone. L’objectif de ce bracelet est d’anticiper la rechute de la maladie qui se déclare dans près de la moitié des cas. « Nous nous adressons aux patients qui sortent de l’hôpital ainsi qu’aux professions à risque telles que la sécurité civile et les forces armées ». A terme l’objet connecté pourrait aussi équiper la médecine de ville. Les premiers bracelets devraient être disponibles à partir du mois de février.

07-03-2016 03:28:27 - Docavenue