Thématiques - Actualités - Santé

C’est bien, mais peut encore mieux faire. Au cours du premier semestre 2018, quelque 600 000 fumeurs quotidiens ont arrêté la cigarette. Un chiffre qui s’ajoute à la baisse d’un million observée en 2017 et qui avait été qualifiée d’historique.

Les pouvoirs publics attribuent cette forte diminution aux différentes mesures prises pour lutter contre le tabac. Parmi ces mesures, citons l’augmentation progressive du prix du paquet jusqu’à 10 euros d’ici 2020, le remboursement des substituts nicotiniques par l’Assurance maladie et l’opération Mois sans tabac en novembre qui vise à inciter le maximum de fumeurs à arrêter. Les dégâts provoqués par le tabac sur notre santé sont nombreux. Fumer réduit notamment notre capacité respiratoire. Pour aider à compenser certains effets néfastes, pratiquer une activité physique pourrait justement améliorer le fonctionnement pulmonaire.

En France, avec près de 78 000 décès par an, le tabac reste la première cause de mortalité évitable. La moitié des victimes sont âgées entre 35 et 69 ans. Rappelons que le tabac est responsable de cancers et de maladies cardio-vasculaires. D’après l’Organisation mondiale de la santé, le tabac tue plus de 7 millions de personnes par an dans le monde, dont près de 900 000 qui ne fument même pas et sont exposées à la fumée des autres. Selon des chercheurs de l’Institut national américain du cancer, fumer une cigarette en moyenne par jour suffit à faire grimper le risque de décès prématuré de 64 %. Un chiffre qui passe à 87 % pour ceux qui fument entre une et dix cigarettes quotidiennement. Un verdict accablant qui confirme les bien-fondés des mises en garde contre le tabac. Si vous souhaitez arrêter de fumer, sachez que l’Assurance Maladie rembourse sur prescription les traitements par substituts nicotiniques (patch, gomme, pastille, inhaleur…) à hauteur de 150 euros par an.

25-03-2019 02:56:09 - Docavenue